Paroisse Notre-Dame de la Mer

Nous sommes très heureux de vous accueillir sur le site officiel de la paroisse Notre-Dame de la Mer à La Seyne sur Mer

Jeudi 14 Mai 2015, Ascension du Seigneur

Textes du jour :

  • Lecture du livre des Actes des Apôtres ( 1, 1-11)
  • Psaume 46  » Dieu monte parmi l’acclamation, le Seigneur, aux éclats du cor »
  • lecture de la lettre de St Paul apôtre aux Éphésiens ( 4 1-13)
  • Évangile selon Saint Marc ( 16, 15-20)

Homélie du Père François-Marie,

Abbaye de Saint Martin de Mondaye

Quand j’ai prononcé mes vœux solennels, j’avais mis sur le faire-part une phrase de Jésus dans l’Evangile de Luc, une parole qui m’a toujours marqué : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur ». Ce à quoi on accorde le plus de valeur, le plus de prix, le plus d’importance, c’est là aussi qu’on met tout son être, tout son cœur, tout son amour. Si je vous dis cela ce matin, ce n’est pas pour me donner en exemple, je trouvais simplement que cette parole donnait bien le sens de notre vocation consacrée. Mais je crois aussi qu’elle résume bien l’essentiel de cette fête de l’Ascension. Le Christ monte aux cieux, auprès du Père, c’est là qu’est pour lui l’accomplissement parfait de son être, non seulement divin, ça c’est normal, après tout, il est le fils de Dieu, il est fait pour vivre auprès de Dieu, mais aussi de son humanité, de son être d’homme, et cela est bien plus étonnant : l’homme est fait pour vivre avec Dieu, auprès de Dieu. Cette fête de l’Ascension nous dit que nous, humains, vivants sur la terre, nous sommes faits pour vivre avec Dieu, auprès de Dieu. Ce n’est pas si évident que cela, je vous l’assure ! Frères et sœurs, posez-vous sérieusement la question : Où est votre trésor ? Après quoi courrez-vous du matin au soir et parfois aussi du soir au matin ? Où pensez-vous que se trouve la source de la vie et du bonheur ? Etouffez-vous le désir profond de vie et de bonheur dans des dérivatifs décevants ou cherchez-vous à libérer la soif qui habite votre cœur pour qu’elle vous dynamise toujours davantage ? Oui, où est votre trésor : au ciel ou sur la terre ? Si votre trésor est sur la terre, votre cœur aussi sera sur la terre. Si votre trésor est au ciel, votre cœur aussi sera au ciel. Or nous dit saint Jean, tout ce qui est dans le monde [c’est-à-dire sur la terre], avec ses convoitises, tout cela passe, mais qui fait la volonté du Père qui est aux cieux demeure éternellement (1Jn 2, 17). Alors, si nous mettons notre trésor dans les convoitises de ce monde, notre cœur y sera aussi, et nous ne trouverons pas le vrai bonheur, mais des plaisirs éphémères, incertains, qui, lorsqu’ils cessent, rendent notre cœur malheureux.

Oui, mais qu’est-ce que ce ciel où nous devons avoir notre trésor et notre cœur, et comment pouvons-nous y tendre déjà aujourd’hui ? Et est-ce que cela veut dire qu’il ne faille pas aimer cette terre que Dieu pourtant a faite, cette terre parfois si belle ? Le récit des actes des Apôtres, ce matin, peut nous aider à répondre à ces questions. Les Apôtres regardent béatement Jésus qui s’élève et disparaît dans le ciel, ils fixent le ciel où Jésus s’en va, et pourtant deux hommes vêtus de blancs, deux anges, deux messagers du ciel justement, leur disent de ne pas rester là à regarder le ciel ! Le ciel, au fond, nous n’en savons pas grand-chose ! C’est pour nous une manière d’exprimer la vie de Dieu, la vie avec Dieu. Si nos mots sont maladroits, insuffisants, ils sont nécessaires pourtant. Toute la Bible est remplie d’images pour parler de Dieu, d’images souvent très anthropomorphiques, très terrestres. Et pour parler de la vie de Dieu, nous utilisons un terme de ce monde ci, un terme non pas céleste mais terrestre. Nous comparons le monde de Dieu au ciel bleu qui domine cette terre, où les oiseaux volent en toute liberté. Mais le ciel n’est pas un espace géographiquement localisable, puisque Dieu est Esprit, il n’est pas matériel. Le ciel, c’est plutôt un état, l’état de ceux qui sont pleinement dans la lumière de l’amour de Dieu, dans la gloire de Dieu et que la mort n’atteint plus. Et de Jésus monté au ciel, nous ne savons pas grand-chose non plus, si ce n’est la promesse qu’il nous a faite qu’il reviendra vers nous.

Alors, plutôt que de regarder les nuages, plutôt que de chercher de nouvelles apparitions divines dans les astres, des révélations privées plus ou moins fantaisistes, les actes des Apôtres nous disent de revenir à la vie concrète que Jésus a vécue sur cette terre : tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, c’est-à-dire sa naissance terrestre, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisi. Là est le solide, le certain, l’objet de notre foi : regarder Jésus dans son humanité, et trouver en lui l’unique chemin qui conduit au ciel, voir comment, déjà, sur cette terre, il nous a ouvert la vie divine. Souvenez-vous, au baptême, dans le Jourdain, les cieux s’ouvrent et la voix du Père se fait entendre : celui-ci est mon fils bien-aimés ! En contemplant l’humanité de Jésus, sa sainte humanité unie à sa divinité en la personne du Verbe, nous voyons le Ciel sur la terre, car Jésus est en personne la rencontre, l’union, du ciel et de la terre !

De nous-mêmes, nous ne sommes pas capables de reconnaître le ciel sur la terre, la vie de Dieu dans l’humanité du Christ. C’est pourquoi le Christ ressuscité promet à ses disciples le don de l’Esprit Saint. Lui seul peut nous faire comprendre où se trouve la vraie vie, lui seul peut nous donner de faire le choix de la vie véritable et du bonheur, au milieu de tous les mirages, des faux bonheurs, des illusions. L’Esprit Saint est une force pour devenir témoins du Christ jusqu’aux extrémités de la terre. Car notre mission est de révéler au monde la source de la joie véritable. C’est tout particulièrement la mission des pasteurs. A un enfant, un jeune berger, qui lui avait indiqué la route d’Ars, saint Jean-Marie Vianney répondit : « Tu m’as montré le chemin de la terre, je te montrerai le chemin du ciel ! » Amen !


 

Les commentaires sont fermés.