Paroisse Notre-Dame de la Mer

Nous sommes très heureux de vous accueillir sur le site officiel de la paroisse Notre-Dame de la Mer à La Seyne sur Mer

Dimanche 6 Décembre 2015, 2ème dimanche de l’Avent

Textes du jour :

  • Lecture du livre du prophète Baruc ( 5, 1-9)
  • Psaume 125  » Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous: nous étions en grande fête! »
  • Lecture de la lettre de St Paul aux Philippiens ( 1, 4-6. 8-11)
  • Evangile de Jésus Christ selon Saint Luc ( 3, 1-6)

Homélie du Père J-F Marmier

     Nous poursuivons notre itinéraire à la rencontre de Celui qui veut naitre dans notre vie ici et maintenant, car c’est là tout le sens de Noël. Dans ce cheminement intérieur, chaque dimanche marque une étape bien particulière. Il y a une véritable topographie du temps de l’Avent. Le premier dimanche nous recentre sur le sens de l’histoire et le retour du Christ à la fin des temps. Le deuxième dimanche, aujourd’hui, c’est l’appel à la conversion lancé par Jean-Baptiste. Il faut préparer la route au Seigneur. Dimanche prochain, le troisième dimanche sera celui de la joie. Le Seigneur approche, il vient nous sauver et notre espérance renait. Nous passerons le quatrième dimanche avec Marie. En elle et par elle s’accomplissent les promesses de Dieu.

Le temps de l’Avent nous élance sur de nouveaux chemins. Cette année, avec le Jubilé qui commence, nous sommes entraînés sur les chemins de la miséricorde. La première lecture se termine avec ce très beau verset : « Dieu conduira son peuple dans la joie, à la lumière de sa gloire, lui donnant pour escorte sa miséricorde et sa justice.«  (Baruc 5, 9)

« Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les chemins rocailleux seront aplanis ; et tout être vivant verra le salut de Dieu. » Ces versets sont inusables et cet appel nous touche profondément. Le monde nouveau annoncé par les prophètes n’est pas qu’une belle idée. Ce monde veut naitre en nous. Il veut prendre corps chez nous et entre-nous, sinon il ne sera pas.

Nous aspirons tous à ce monde nouveau, mais comment peut-il advenir ? Comment les choses peuvent-elles changer ? Jean-Baptiste n’y va pas par quatre chemins. Pour lui, le seul chemin possible c’est celui que nous allons nous-mêmes redresser et aplanir. C’est notre mission et notre responsabilité de préparer le chemin du salut. Il s’agit de reprendre le pouvoir, de sortir de l’assistanat mental, physique, éducatif etc. Jean lance cet appel pressent : « Reprend le contrôle de ta vie ! Trace ta route et accueille ton Seigneur. » 

« L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode étant alors au pouvoir en Galilée, son frère Philippe dans le pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias en Abilène,  les grands prêtres étant Hanne et Caïphe… » Le début de cet Evangile est très solennel mais, comme souvent, rien ne viendra de ces élites, pas même des officiels du Temple. C’est dans le secret que la réponse prend corps. C’est du désert que vient la Parole : « la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, le fils de Zacharie. »

On peut voir une similitude avec la réalité d’aujourd’hui. Il est évident que nous vivons une période de l’histoire très particulière. Notre conception du monde, nos certitudes et nos acquis volent en éclats. Il y a cette prise de conscience que nous sommes dans l’erreur et que les choses doivent changer. Le défi est colossal, d’autant qu’on ne peut rien changer si on ne change pas d’abord soi-même. A quoi bon vouloir que le monde change si je ne commence pas, en tout premier, par changer mes habitudes.

On perçoit un peu partout aujourd’hui qu’il y a une prise de conscience. C’était aussi le cas pour ces gens qui allaient écouter le Baptiste. Ils prenaient conscience qu’ils devaient changer. Il faut réellement tourner la page et faire le deuil du monde présent.

On a repéré plusieurs facteurs qui signalent chaque fois l’effondrement d’une civilisation. Aujourd’hui, tous ces facteurs sont réunis, sauf que ce n’est pas une seule civilisation qui s’effondre c’est l’humanité entière, c’est le village monde qui bascule. Un des facteurs qui apparait toujours, c’est l’aveuglement des élites. « Dans tout effondrement de civilisation, les élites sont incapables d’expertiser la chute de leur monde. Elles sont incapables de changer leur prisme d’analyse. Le résultat, c’est qu’elles mènent une politique de caste, politique qui accentue et précipite l’effondrement d’un monde. » (Yannick Roudaut)

En l’an 15 du règne de l’empereur Tibère, ce n’est pas là où vivaient les grands du monde que Dieu a parlé mais dans le désert. C’est du désert que surgit la Parole de vie. Dieu envoie son messager crier dans nos déserts la bonne nouvelle de sa venue, car Il vient sauver la vie.

La Parole prophétique de Jean-Baptiste nous exhorte à un immense chantier. Il est temps de se demander si les désordres extérieurs ne sont pas le reflet de nos désordres intérieurs, si les violences extérieures ne sont pas l’expression de notre violence intérieure, si les pollutions extérieures ne sont pas le débordement de notre souillure intérieure, si le réchauffement ne correspond pas à notre attitude fiévreuse et nos pensées négatives. Sur ces questions et tellement d’autres, l’Avent nous appelle à la vigilance et à la lucidité.

Alors que le message commun c’est : « Restez tranquilles, on s’occupe de tout. Ne vous posez pas de questions, faites comme tout le monde. Endormez-vous. » Jésus nous dit au contraire : « Veillez ! » En ce temps de l’Avent, la Parole nous exhorte à sortir de la torpeur générale, de la somnolence et d’un certain mode de vie en pilotage automatique : « Remet de l’énergie dans ton corps, rallume la flamme de ton esprit et réveille ton âme. » 

     Ce 2ème dimanche de l’Avent nous questionne : Où en sommes-nous ? Du côté du « tout le monde fait comme çà » ou du côté de cette voix qui vient du désert ? La mission de Jean-Baptiste est d’une actualité criante. Il a une vocation d’éveilleur et de réveilleur.

Dans le contexte de folie où nous nous trouvons, chacun se demande ce qu’il doit faire : « Je fais quoi ? » Réponse : Mets Jean dans ta vie. Mets-toi devant lui et tu verras ce qui va se passer en toi. Jean te dira ce qu’il faut faire. Il prononcera la parole dont tu as besoin. Il dénoncera le chemin de mort où tu as pu t’engager et il te montrera celui de la vie.


 

Les commentaires sont fermés.