Paroisse Notre-Dame de la Mer

Nous sommes très heureux de vous accueillir sur le site officiel de la paroisse Notre-Dame de la Mer à La Seyne sur Mer

La Sainte Trinité, Dimanche 22 Mai 2016

Textes du jour :

  • Lecture du livre des Proverbes (8, 22-31)
  • Psaume 8  » Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom, par toute la terre ! »
  • Lecture de la lettre de Saint Paul apôtre aux Romains ( 5, 1-5)
  • Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean ( 16, 12-15)

Homélie du Père J-F Marmier

Les débats passionnés des premiers temps de l’Eglise, les écrits des Docteurs et des sages, les révélations des mystiques et les enseignements des maîtres spirituels, 20 siècles de réflexion théologique ne sont malgré tout qu’une pauvre ébauche du mystère de la Très Sainte Trinité.

Le 6 décembre 1273, en la fête de S. Nicolas, célébrant la messe au couvent de Naples, S. Thomas d’Aquin a une révélation qui le change tellement qu’il ne lui est plus possible de poursuivre son immense travail théologique. Le voyant cesser d’écrire, son secrétaire, frère Réginald, lui dit : « Père, comment laissez-vous inachevée une œuvre si grande entreprise, par vous pour la gloire de Dieu et l’illumination du monde ? Thomas d’Aquin répond : « En vérité, je ne puis plus continuer. Tout ce que j’ai écrit me paraît un brin de paille. »

Face à la Sainte Trinité, nos mots et nos pensées ne sont qu’un fétu de paille. Devant un si grand mystère, nous ne pouvons que redire avec admiration ces versets du Psaume 8 : « Mais que sommes- nous, Seigneur ? Que sommes-nous face à Toi ? Que sommes-nous en ce monde ?  A voir ton ciel, les astres et tant d’étoiles, nous sommes poussière dans l’immensité de l’univers. Qu’est-ce que l’homme, Seigneur, pour que tu penses à lui, que tu en prennes souci ? Tu nous as fait grands, plus que toutes les merveilles du monde. Tu nous as établis rois sur les œuvres de tes mains. Tu mets toute la création à nos pieds. Tu nous couronne de gloire et d’honneur. »

C’est une louange magnifique qui chante la gloire de Dieu, la grandeur de l’homme et la beauté du monde. Ce Psaume 8 nous donne un aperçu des dons de Dieu et de ce que nous sommes vraiment. C’est probablement à l’heure de tout perdre et de nous perdre nous-mêmes que nous prendrons peut-être conscience que la création est faite pour nous, et nous pour Dieu. S. Augustin l’a remarquablement exprimé dans cette prière fameuse : « Tu nous a fait pour Toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne repose en Toi. »

La Bible montre à quel point Dieu désire cette relation avec nous. Il la veut tellement qu’Il se déclare « jaloux. » La Parole dit que le Seigneur est « un Dieu jaloux. » Il est jaloux de tous les faux dieux et de ces idoles devant lesquels nous nous prosternons. Evidement, Dieu n’est pas jaloux à la manière humaine. Tout au long de l’histoire biblique, nous voyons que Dieu agit par jalousie d’amour. Il intervient pour que son peuple revienne de ses trahisons, de ses folies et de tant de blessures faites à l’amour. Dieu intervient aussi dans nos histoires saintes à chacun. Il ne se résout à aucune de nos ruptures d’Alliance.

« O Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom, par tout l’univers! » Le Saint Nom de Dieu a énormément d’importance dans la Bible. Jésus dit que « l’Esprit de vérité nous redira tout et qu’il nous fera souvenir de tout. » L’Esprit Saint entretien en nous la mémoire du Saint Nom. Nous honorons aujourd’hui ce Saint Nom en cette fête de la Sainte Trinité. Il nous habite comme un secret d’amour depuis que nous avons été plongés en Lui au jour de notre baptême. Pas un atome de l’univers, pas une cellule de notre corps, rien de ce qui existe ne Lui est étranger.

Baptisés « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit », le Saint Nom de notre Dieu est gravé en nous pour toujours. Nous invoquons la Très Sainte Trinité sur chaque être vivant et sur le monde entier comme une sainte bénédiction. Car, comme dit le prophète Michée : « Chaque peuple marche au nom de son Dieu. » (5,4)

Le malheur, le drame originel, c’est qu’au lieu de chercher et d’invoquer le Saint Nom, l’homme veut obtenir le renom. Quand on a perdu le Saint Nom, quand on ignore le Saint Nom de Dieu qui est en nous, on cherche le renom à l’extérieur de soi. Les textes bibliques mettent en scène l’errance et la dispersion de cet homme qui ne sait plus qui il est, ni pour quoi il existe. Nous voyons en même temps que ce Dieu amoureux de l’homme ne se résout jamais à cette situation.

La Parole nous révèle un Dieu amoureux de l’homme. Dieu fait la conquête amoureuse de l’humanité et de chaque humain en particulier. Dans un premier temps, Israël est un peuple choisi pour recevoir la révélation du Saint Nom. Il doit apprendre à invoquer et à célébrer ce Nom divin imprononçable. Puis Jésus vient. Il est le porteur du Saint Nom et il vient pour que naisse une nouvelle race d’hommes qui « porteront le Nom de leur Dieu inscrit sur leur front » (Ap. 14, 1).

La Sainte Trinité n’est pas un dogme austère et extérieur à notre vie. Le saint baptême nous fait entrer dans le tourbillon de l’amour infini et éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit. La Trinité, c’est notre façon d’être et de vivre. Des mystiques contemporains tels que Ste. Elisabeth de la Trinité ou le Père Maurice Zundel nous le redisent aujourd’hui.

Qualifié de « génie spirituel » par le Pape Paul VI, le père Maurice Zundel (1897-1975) a écrit des pages magnifiques sur le mystère de la trinité : « Jésus, en nous révélant la Trinité, nous a délivrés de Dieu ! Il nous a délivrés de ce Dieu cauchemar, extérieur à nous, limite et menace pour nous: il nous a délivrés de ce Dieu-là ! Il nous a délivrés de nous-mêmes qui étions nécessairement, et sourdement, même si nous n’osions l’avouer, en révolte contre ce Dieu-là…

La Trinité nous ouvre le Cœur de Dieu. Elle nous apprend que Dieu n’est pas quelqu’un qui s’admire, se célèbre, s’encense et s’aime. Parce qu’en Lui toute la vie jaillit, jaillit, jaillit, comme une communication qui va du Père au Fils, du Fils au Père, dans l’unité du Saint Esprit… Avec la Trinité, nous entrons dans le monde de la relation… »


 

Les commentaires sont fermés.